Compte rendu

02/09/2010 18:50

BREST WEEK CLASSIC «  la Belle Plaisance s’invite à Brest … »

Réunir en Rade de Brest les flottilles classiques de Manche et d’Atlantique, MTT (MAO TITOÏ III)en rêvait plus particulièrement pour ses 40 ans (le voilier a été importé en France le 2 juillet 1970 et immatriculé à Saint Malo le 27 juillet 1970). Cet été 2010, je suis comblé : « Brest Week Classic »en guise de prélude à la « Coupe des 3 Phares » sous l’égide de l’YCC.

Chacun pourra retrouver sur le site dédié et sur les liens suivants l’ambiance de ce qui fut une manifestation plutôt positive pour le yachting classique, sous un soleil presque méditerranéen !

http://www.brestclassicweek.com/photos.htm

http://www.letelegramme.com/sports/voile/brest-classic-week-regates-et-elegance-jusqu-a-samedi-a-brest-29-video-diapo-05-07-2010-979891.php

http://www.youtube.com/watch?v=yW2aYD8pa0A

http://www.youtube.com/watch?v=Ffo4EfiL_P0

Pour Mao Titoï III, cette semaine fut l’occasion de retrouver une partie de la flotte de l’YCC malgré quelques absences mais aussi de lier connaissance avec d’autres voiliers :

Olbia, son sistership, au palmarès éloquent.

Telen Ar Vor (Nicholson 36), Altaïr ( Plan Sergent, mis à l’eau en juillet 1970), Dimpsey Girl( Plan L.GILLES), Bim Bam,(plan Sergent), Shere Khan(She 31, Plan Stephens)Sea Gull (Plan Mylne, de Yann Mauffret), tous basés à Brest.

Mirella (Plan Illingworth)venu de Cherbourg), Pernez II(Tina)…

Ce fut aussi l’occasion d’embarquer de nouveaux équipiers avec un plaisir partagé immense : Thibault et Quentin (la jeune génération), Eric, Pierrot, Gildas, Jean Paul, Jérôme et Pascal ainsi que françoise et Jean-Jacques.

Sur l’eau, François Séruzier permit par une organisation, quasi irréprochable, à l’ensemble des voiliers de se mesurer en 2 flottes réparties en fonction de leur coefficient de Jauge Classique.

La confrontation s’avéra aussi amicale que compétitive et les résultats (serrés) témoignent de la valeur de cette jauge. Peut-être aurait-on pu envisager une répartition en fonction de la longueur (plus de 12 m, moins de 12 m), pour éviter de confronter sur la ligne de départ des voiliers de puissance vélique très différente, en particulier par bonne brise…

A terre, MTT a apprécié particulièrement, durant ces 6 jours l’accueil, le sourire permanent et la disponibilité de Catherine et Najette.

 

En ce qui concerne les régates successives, le combat fraternel avec Olbia est illustré par les images. MTT se défendit avec les honneurs sur la ligne de départ mais très vite son cadet (d’une année) démontra son expérience et son savoir-faire. Orana et Bilou-Belle ne s’en laissèrent pas compter non plus. Belle et très satisfaisante 6ème place, au général, de la classe A.

Dione et Stiren se livrèrent un magnifique combat et le second regrettera surement longtemps la régate en mer d’Iroise qui lui fut fatale.

« Les petits plus »…

La journée du jeudi, consacrée à la parade nautique et à la découverte du site de l’Ecole Navale ».

La participation de la Marine Nationale, qui n’était pas sans rappeler celle de l’Ecole des Douanes à La Rochelle.

« les petits moins »…

La parade nautique qui aurait pu être mieux organisée, à l’image de celle de La Rochelle où chaque voilier est présenté et mis à l’honneur par le rappel de son histoire et de ses caractéristiques.

La part trop faible faite aux voiliers les moins prestigieux.

« Infanta » le mauvais et le bon côté…

Les faits :

Lors du départ de la 4ème manche, MTT s’est trouvé en position très favorable au bateau comité, au vent de DIONE, et par bonne brise, mais entra en contact avec INFANTA qui perdit son mat d’Artimon et déposa une réclamation à l’encontre de Mao Titoï III et de Dione.la procédure qui en suivit, fut rigoureuse comme il se doit et la conclusion, non moins: disqualification d’ INFANTA pour manquement aux règles 11 et 14.

« le mauvais côté » : le stress du skipper de MTT, le stress de Martine, les 2h30 nécessaires ne permettant pas d’assister à la remise des prix quotidienne et surtout, alors que Infanta recevait (à juste titre) un prix « coup de cœur » d’élégance de la part du sponsor du jour, un commentaire du présentateur quelque peu sentencieux concernant l’incident.

« le bon côté », le soutien infaillible de Martine, le soutien de Thibaut et Quentin jusqu’à l’heure de la délibération et surtout le soutien moral de Anne Liardet, de Stéphane (propriétaire de Dione), de François (équipier n°1 de Dione).Plutôt rassurant sur l’esprit de ces régates et en contradiction avec l’impression d’une certaine discrimination entre voiliers de prestige et voiliers « classique moderne ». A souligner, l’honnêteté de Tim, propriétaire d’Infanta, lors de ses réponses aux questions des commissaires de course (trajectoire de Dione, allure au vent d’Infanta…).

Et pour finir, une petite anecdote :

Khayyam, Pen Duick 2, Seagull qui s’autorisèrent, sous spi, plein vent arrière, une petite escapade dans la zone interdite de l’Île Longue, escapade très vite contrôlée par la Marine nationale.

 

Post- rédactionnel : J'ai oublié de mentionner la magnifique soirée, jeudi, à Océanopolis : visite commentée de la "Zone Tempérée" et cocktail dinatoire "in situ" qui n'était pas s'en rappeller les soirées à Rochefort après la "remontée de la Charente".

Immense merci à Brest Evènements Nautiques, à Comet Organisation et tous les partenaires. Immense merci également à Patrick Scnepp, au Musée Maritime de la Rochelle, au YCC et à tous mes amis sans qui tout cela n'aurait , sans doute, pas lieu.

« La mer ne s’apprend pas, elle se vit. » Claude Harlé